Nouveaux produits

Promotions

Aucune promotion pour le moment.
Maroc

Maroc  Il y a 5 produits.

Cuvées et AOC du Maroc : elles méritent toute votre attention

Quand on parle des grands crus d'Afrique, on pense plus volontiers au sud du continent qu'au vin marocain. Le Maroc possède pourtant des cuvées étonnantes dont les meilleures (des AOC 1er cru) sont disponibles chez votre e-caviste belge Wines...

Cuvées et AOC du Maroc : elles méritent toute votre attention

Quand on parle des grands crus d'Afrique, on pense plus volontiers au sud du continent qu'au vin marocain. Le Maroc possède pourtant des cuvées étonnantes dont les meilleures (des AOC 1er cru) sont disponibles chez votre e-caviste belge Wines of Earth. Nous vous invitons à découvrir les terroirs et les appellations de ce pays viticole encore sous-estimé et pourtant déjà 2e producteur du monde musulman.

Détails
Résultats 1 - 5 sur 5.

La riche histoire du vin marocain : de l'Antiquité au XXe siècle

Les premières traces connues de vins du Maroc remontent au 6e siècle avant J.-C, probablement élaborés par les Phéniciens et les Grecs. Ce sont ensuite les Carthaginois puis les Romains qui contribuèrent le plus au développement des vignes. Rappelons l'importance de Carthage dans l'essor de la viticulture de l'époque, notamment grâce aux recherches de l'agronome Magon le Carthaginois. Les plantations se concentraient autour de la ville antique berbère de Volubilis, proche de l'actuelle Meknès dans le Moyen Atlas. La région est encore aujourd'hui le cœur de la production du vin marocain.

La conquête musulmane instaura un changement des modes de consommation (raisin de table), avec également l'apport de nouveaux cépages. Une tolérance était octroyée pour les autres cultes, si bien que le vignoble du Maroc et la vinification se maintinrent jusqu'à la colonisation française.

Quand le vin marocain colorait les vins français

Les ravages du phylloxera à partir de 1875 poussèrent les négociants en vin français, italiens et espagnols, à créer des domaines directement au Maghreb pour approvisionner l'Europe. Des ceps de grenache, de cinsault, de carignan et d'alicante bouschet, bien adaptés au climat chaud et aux terroirs locaux (le phylloxera n'aimant pas le sable), furent importés. Une production de masse allait s'amorcer, délaissant la qualité au profit de la quantité : 80000 hectares étaient exploités avant la 1e Guerre Mondiale (environ 12000 hectares aujourd'hui). Les raisins, puis les vins ramenés par les bateaux « pinardiers » en France servaient à colorer et à enrichir en alcool de nombreuses cuvées européennes, parfois très renommées, dans le Languedoc mais aussi jusqu'en Bourgogne... On parle alors de vin médecin.

Le renouveau du vin marocain à partir des années 1990

L'indépendance en 1956 marqua la fin de cette période de culture intensive. La viticulture du Maroc s'apprêtait à vivre la période de repli la plus importante de son histoire :

  • quotas de la CEE restrictifs au niveau des importations
  • concurrence rude avec d'autres pays surproducteurs (Algérie, Tunisie...)
  • nationalisation du secteur viticole à partir de 1972 (quasi monopole de la SODEA)
  • sous-investissement, dégradation du vignoble, des caves et du matériel

 En 1990, la viticulture marocaine était moribonde :

  •  13000 hectares de vigne à vin sur les 40000 hectares plantés
  • la moitié des 13000 hectares en mauvais état (virus) et de plus de 30 ans
  • des rendements moyens faibles de 30 hl/ha (ex. vins de Bordeaux : entre 45 et 65 hl/ha)
  • une fiscalité très élevée et des réglementations très strictes
  • chute importante des ventes de vrac et de cols

Hormis l'activité prospère du producteur indépendant Brahim Zniber (aujourd'hui propriétaire des Celliers de Meknès, dont Château Roslane et Thalvin-Ebertec), le reste du pays n'offrait guère de perspectives pour les œnophiles. Il fallut attendre la fin des années 1990 et la volonté du roi Hassan II, puis celle de Mohammed VI, pour attirer les capitaux et les producteurs étrangers. On compte notamment le bordelais Castel, Taillan ou encore Williams Pitters, mais aussi de plus petits investisseurs (Gérard Depardieu par exemple) qui ont su apprécier les atouts qu'offraient le climat et les sols du pays.

À ce jour, le Maroc est le 2e producteur vinicole du monde arabe (40 millions de bouteilles par an en moyenne), avec un marché domestique soutenu. L'industrie touristique et les locaux consomment en effet près de 30 millions de cols chaque année.

Appellations marocaines et cépages notables à commander en ligne

Si la production de vin marocain souffre encore de mauvaises pratiques héritées du 20e siècle, il faut reconnaître une amélioration globale de la qualité des cuvées. La recherche ainsi que des financements locaux ont permis aux vignerons de moderniser leurs exploitations, à la cave comme sur les parcelles.

Le pays compte désormais :

2 AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) :

  • AOC Coteau de l'Atlas premier cru (dont le Château Roslane, près de Meknès et de ses terroirs viticoles privilégiés) depuis 2002
  • AOC Côtes de Rommani depuis 2016 (Rabat)

14 AOG (Appellation d'Origine Garantie) :

  • AOG Angad (Maroc oriental)
  • AOG Berkane (Maroc oriental)
  • AOG Beni Sadden (Maroc oriental)
  • AOG Beni M'Tir (Meknès et Fès)
  • AOG Guerrouane (Meknès et Fès)
  • AOG Saiss (Meknès et Fès)
  • AOG Zerhoune (Meknès et Fès)
  • AOG Gharb (Plaines du nord)
  • AOG Chellah (Rabat et Casablanca)
  • AOG Sahel (Rabat et Casablanca)
  • AOG Zaër (Rabat et Casablanca)
  • AOG Zemmour (Rabat et Casablanca)
  • AOG Zenatta (Rabat et Casablanca)
  • AOG Doukkala (avec le célèbre vin gris marocain Boulaouane)

 Côté variété de raisin, on retrouve les grands classiques importés par les Européens :

  • Les cépages des vins rouges et rosés marocains (dont les vins gris) : grenache, carignan, cinsault, cabernet-sauvignon, merlot, syrah, mourvèdre, malbec, tannat et tempranillo
  •  Les cépages des vins blancs (secs et crémant) du Maroc : sauvignon, chardonnay, chenin, marsanne, roussanne, viognier, grenache blanc, vermentino, ugni blanc, clairette, muscat, bourboulenc et faranat blanc de Tunis

Les régions viticoles marocaines sont confrontées à de nombreuses influences climatiques : océanique, méditerranéenne, montagnarde, continentale et saharienne. Le subtil équilibre entre les masses d'air venant du Sahara, de l'Atlantique ou de la Méditerranée et les nuits fraîches des contreforts de l'Atlas offre des conditions difficiles mais challengeantes pour la culture de la vigne. Celles-ci poussent donc les producteurs locaux à expérimenter et à se surpasser pour élaborer des crus à la qualité grandissante. Il faut noter le réchauffement et l'assèchement global de la région qui obligent les exploitants à revoir leurs méthodes de culture.

Du vin marocain solaire et séduisant pour surprendre votre palais

En implantant des pieds de vigne sur ces terroirs, les Phéniciens ne s'étaient pas trompés. Ils avaient décelé dès leur époque un grand potentiel pour la culture du raisin dans ces contrées gorgées de soleil.

C'est donc sans surprise que les vins du Maroc sont imprégnés de cette chaleur ambiante. Incontestablement, le niveau de qualité peut encore grandement évoluer. Mais certaines exploitations comme le Château Roslane, 1er domaine à recevoir la mention « château » en 2008, ou EWS avec la cuvée MD Excellence, peuvent s'enorgueillir de produire les meilleurs vins marocains. Des cuvées et des millésimes de vins rouges et blancs amples, généreux et puissants qui dévoilent leurs fruits mûrs et confiturés avec gourmandise.

Des vins marocains et leurs fiches techniques à découvrir dès maintenant avant de commander vos bouteilles chez Wines of Earth, votre caviste en ligne belge spécialiste des vins du monde. Régalez votre palais et surprenez vos amis avec nos bouteilles de vins du monde au meilleur rapport qualité prix. Nous les expédions dans des caisses renforcées pour une sécurité optimale.